Chère Elena

♥ Rencontres de l’atelier

Quand Elena invite à entrer chez elle quatre de ses élèves venus à l’improviste lui souhaiter son anniversaire, elle ne se doute pas que se referme sur elle le piège qu’ils lui ont tendu. Son refus d’accepter le marché qu’ils lui proposent transforme leur souhait en exigence et plonge bientôt Elena dans une nuit cauchemardesque au cours de laquelle, face au chantage et à la manipulation dévastatrice, elle oppose sa croyance en des idéaux d’humanisme et d’exemplarité. Écrite dans une URSS en proie à une crise économique qui ébranle la légitimité des idéaux collectivistes nés de la révolution de 1917, la pièce, d’une construction implacable, dresse au-delà du fait divers le portrait d’une société au bord de l’implosion. Dans tout le pays, la crise économique se double d’une crise morale et politique. Isolé sur l’échiquier diplomatique, le pouvoir accentue sa pression sur une population qui revendique de plus en plus fort la désobéissance et le libre arbitre. La jeune génération, incarnée dans la pièce par les quatre élèves, rêve d’une liberté dont elle peine à donner une définition claire. Elle aspire à la réussite professionnelle, à un niveau de vie comparable à celui des pays d’Europe occidentale. Une nouvelle révolution est en marche.

Il n’est pas innocent que Ludmilla Razoumovskaïa ait inscrit ces problématiques dans le cadre d’une relation maître-élève, dominant-dominé, adulte-adolescent, rapport qui pose par excellence les questions relatives à l’apprentissage du savoir, à celui de la morale, à l’autorité, à la liberté, à la violence. Ces questions sont au coeur de Chère Elena, huis clos sans concession, combat tragique sans vainqueur ni vaincu.

  • Durée : 1h40
  • Spectacle avec entracte
  • Placement numéroté
  • Balcon libre
  • Tarif plein : 30 €
  • Tarif réduit : 25 €
  • Tarif abonné : 20 €
  • Tarif jeune : 15 €

Production : Théâtre de Poche Montparnasse

Mise en scène : Didier Long

Avec : Myriam Boyer, Gauthier Battoue, Julien Crampon, François Deblock, Jeanne Ruff

Scénographie : Jean Michel Adam et Didier Long

Musique : François Peyrony

Auteur du spectacle : Ludmilla Razoumovskaia