Un amour de Frida Kahlo

Le 25 septembre 2020 à 20h45

Durée : 80 min

Un amour de Frida Kahlo

Tarifs

tarifs
Tarif jeune Tarif abonné Tarif réduit Tarif plein
12 € 18 € 20 € 25 €

Réserver

Réserver

Résumé

Texte de Gérard de Cortanze. Mise en scène de Jean Claude Idée, avec : Ivan Morane, Katia Miran, Jean-Loup Horwitz, Claire Mirande, Xavier Simonin

Mexico, janvier 1937. Léon Trotski et Natalia Sedova obtiennent l’asile politique au Mexique où Diego Rivera et Frida Kahlo les hébergent. Entre l’exilé pourchassé par la Guépéou et l’artiste flamboyante naît une passion aussi vive qu’éphémère. Loin du personnage hystérique, maladif, caricatural qui est habituellement montré, « notre » Frida Kahlo est un chant d’amour à la vie, une main tendue vers une humanité plus juste. Quand elle rencontre Léon Trotski, Frida a 29 ans. Elle est gaie, enjouée, elle aime boire, chanter, danser, faire des bons mots. On rit beaucoup dans cette pièce où l’amour n’est jamais présenté comme un ouragan destructeur.

La presse en parle...

Gérard de Cortanze: sa première pièce. En s'inspirant de sa biographie de Frida Kahlo, Gérard de Cortanze a écrit sa première pièce. "Un amour de Frida Kahlo" est créée vendredi, à l'Atrium de Chaville (Hauts-de-Seine). Une tournée est prévue, quand les conditions sanitaires le permettront. La mise en scène est de Jean-Claude Idée, et le rôle principal a été confié à Katia Miran, qui a joué Bernadette Soubirous à la télévision. Elle incarnera une femme joyeuse, insolente et résolument libre. Une volonté de l'auteur, soucieux de montrer une autre facette de cette artiste souvent représentée comme maladivement hystérique. Après trois années de travail et de démarches pour faire aboutir le projet, le romancier revient ainsi à ses premiers amours. Adolescent, il a fait partie d'une troupe qui jouait Brecht dans les cours d'usines. Le 15 octobre, Cortanze sera candidat à l'Académie française au fauteuil de Maw Gallo. "Un homme devenu un ami, dont je me sentais très proche et pas seulement par nos racines piémontaises communes", dit-il.

Jacques Pessis - Le Figaro